Vrai ou Faux: Les neuromythes !

Dernière mise à jour : il y a 1 jour

Pour le bien de la communauté scientifique, je vous propose aujourd’hui de répondre à 5 questions largement posées sur les neurosciences. Le but de cet article est de vous éclairer sur les divers bruits de couloirs et de rétablir la vérité. C’est à travers un “vrai ou faux” que vous pourrez, avec moi, confirmer ou infirmer certaines de vos idées en neurosciences! C’est parti!






Nous utilisons 10% de notre cerveau.

F A U X

Cette idée ne provient pas seulement de la fiction (comme Lucy de Luc Besson) mais est largement répandue sur internet. Nous ne savons pas véritablement d’où provient ce mythe. Certains expliquent que ces 10% proviennent d’une idée très vulgairement utilisée: "nous avons 10% de neurones et 90% de cellules gliales" (des cellules essentielles présentent dans notre système nerveux qui entourent et optimisent nos neurones). Notre engouement pour les neurones au détriment des cellules gliales a possiblement réduit la définition des capacités cérébrales à notre nombre de neurones. Depuis, nous sommes passés de “L’homme neuronal” à “L’homme glial” (livres en bibliographie). Pourtant, le ratio neurones/cellules gliales n'est pas aussi bien défini. On estime qu'il y a entre 1 à 3 cellule(s) gliale(s) par neurone. La création de ce neuromythe pourrait également provenir d’autres théories datant de la fin du XIX siècle. Cependant, les liens sont encore obscurs et indéfinis pour s’assurer de l’origine de ce dernier.

Mais une chose est certaine: nous utilisons la totalité de notre masse cérébrale (1,2 kg en moyenne). Chaque région est responsable d’une activité et les réseaux neuronaux - soit la communication entre plusieurs régions cérébrales - démontrent que l’activité cérébrale est distribuée. Par ailleurs, notre cerveau est économique: nous activons plus intensément les connexions neuronales dont nous avons besoin. Par exemple, une souris qui se promène dans un labyrinthe, va solliciter des connexions neuronales relatives à l’espace (ex: activation des cellules de lieu) et à l’odorat pour se repérer. Les cellules de lieu seront par la suite réactivées durant le sommeil pour mémoriser le chemin parcouru. Cette étape permet de consolider la mémoire spatiale.

De par cet exemple, vous comprenez que les activations des neurones sont localisées en fonction d’une tâche donnée. Ainsi, nous n’utilisons pas 10% de notre cerveau mais nous sollicitons davantage certaines régions cérébrales pour répondre à un but précis.







L’hémisphère gauche est dédié à la logique et le droit à la créativité.

F A U X

Cette phrase est abondamment publiée sur internet. En tapant le mot “cerveau” ou “brain” sur Google, vous tombez très rapidement sur des images qui associent nos deux hémisphères à deux types d’activités différentes (la logique et la créativité, cf image ci-dessus). Pire, cette phrase est abondamment prononcée par des professionnels qui animent des ateliers de créativité.

La créativité est un processus distribué dans le cerveau (Cf mon article “La créativité passé au crible des sciences cognitives”). Nous retrouvons un ensemble de réseaux neuronaux tels que les réseaux fronto-parietaux temporaux latéraux et le réseau du mode par défaut (un réseau qui s’active lorsque nous ne faisons pas de tâches particulières). Cependant, il est vrai qu’une latéralisation existe. Karolis et ses collègues ont récemment publié un article sur les activités dominantes des hémisphères gauches et droits (Cf image). Il faut par exemple retenir que les émotions sont davantage présentes dans l’hémisphère droit, et que la communication symbolique (langage, gestuelle, etc) est davantage représentée dans l’hémisphère gauche. Ce dernier résultat reste intuitif pour la communication symbolique étant donné que les régions du langage (Région de Broca et de Wernicke) sont situées dans l’hémisphère gauche.

NB: Pour en savoir plus sur la créativité et pour explorer un ensemble de techniques pour vous rendre davantage créatifs, participez à mes workshop en créativité! (Rendez-vous sur l'onglet "Creativity Workshop")








Nous ne produisons plus de neurones à partir de l’âge adulte.

V R A I et F A U X


Cette question est difficile à résoudre. En effet, plusieurs recherches ont démontré le tout et son contraire (exemple dans la bibliographie: article qui dit oui(1); article qui dit non(2)). Cette différence est probablement due aux divergences des méthodes de chaque expérience. Toutefois, la majorité de la communauté scientifique à tendance à dire qu’il y a toujours une production de neurones dans une partie de notre cerveau: l’hippocampe. Cette région est particulièrement connue pour être responsable de la mémoire et plus précisément, de l’encodage de nouveaux souvenirs. La production de neurones, processus s’appelant la “neurogenèse”, serait donc présente à l’âge adulte au niveau de l'hippocampe. Cependant, l’intensité de ce processus décroît drastiquement avec l’âge. Ne soyez pas inquiets ! Il faut garder à l’esprit que la production de nouveaux neurones et la perte du nombre de neurones n’est pas une preuve d’intelligence. Par exemple, nous naissons avec un nombre de neurones bien plus important qu’à l’âge adulte. Pourtant, il est essentiel de faire du ménage dans notre cerveau et de supprimer les connexions neuronales superflues pour acquérir précision et dextérité. Ainsi, bien que le nombre de connexions neuronales (donc le nombre de neurones) facilite grandement le traitement de l’information et que la diminution du nombre de neurones est parfois associé aux maladies neurodégénératives, il y a bien d’autre facteurs qui participent à l’optimisation de ce traitement.







Les jeux vidéo sont mauvais pour notre santé

V R A I et F A U X

Cela dépend de la manière de jouer ! Jouer de manière automatique, sans réflexion et par réflexes n’a en effet rien de bon pour notre cerveau à part provoquer une zombification de nos pensées. Mais les jeux vidéo peuvent être des plus stimulants! Jouer de manière modérée et se challenger sur un jeu vidéo entraîne nos capacités cognitives! Que cela soit sur un jeu de guerre (FPS, ex: Ghost Recon), un jeu de stratégie (ex: Warcraft), un MMORPG (ex: Guild Wars) ou un jeu de voiture, notre cerveau est sollicité ! Il faut savoir se repérer dans l’espace, développer une compréhension envers les autres joueurs (théorie de l’esprit), exercer nos réflexes ou bien mémoriser une action. Dans une étude publiée en 2003 dans le journal Nature, C. Shawn Green et Daphne Bavelier démontrent que les jeux vidéo modifient un ensemble de capacités visuelles attentionnelles. Les résultats montrent par exemple que l’attention visuelle des joueurs est plus endurante que celle des non-joueurs lorsqu’ils doivent chercher une cible. D’autre part, la distribution spatiale de leurs ressources attentionnelles est plus performante (en vision centrale et périphérique). Ainsi, les jeux vidéo entraîneraient notre attention visuelle sélective. Les risques d’épilepsie et d’addictions (addiction aux jeux ou dépendance à l’écran) sont tout de même existants. Soyez donc plus enthousiastes vis-à-vis des jeux vidéo mais pratiquez-les avec modération.







Le cerveau de la femme est en moyenne plus petit que celui de l’homme.

V R A I

Mesdames, Messieurs, ne vous emballez pas sur cette vérité avant de lire mes prochaines lignes. Il est vrai que le cerveau de la femme pèse en moyenne 1144 g et que celui de l’homme pèse 1325 g. Cependant, aucun lien n’a été rigoureusement démontré entre l'intelligence et le poids du cerveau pour l'espèce humaine. En effet, “l’intelligence” peut par exemple être mesurée par des résolutions de problèmes mathématiques ou bien par des tâches sociales. Il est donc très difficile d’admettre un lien entre le poids et les différents types d’intelligences existantes. Enfin, une des anecdotes les plus citées pour contrer le lien entre le poids et l’intelligence est la suivante: le cerveau d’Albert Einstein pesait moins lourd (1 230 g) que le poids moyen d’un cerveau d’homme. Aussi, il est logique que l’homme, de part la morphologie de sa boîte crânienne, ait la capacité d'accueillir un organe plus gros que la femme. Ne vous méprenez donc pas sur cette vérité pour alimenter des propos machistes.



J'espère que cet article vous aura éclairé sur quelques concepts en neurosciences!


Lydia Bessaï


BIBLIOGRAPHIE


Vrai ou Faux: Nous utilisons 10% de notre cerveau.

1. Lavilléon, Gaetan de, Marie Masako Lacroix, Laure Rondi-Reig, and Karim Benchenane. “Explicit Memory Creation during Sleep Demonstrates a Causal Role of Place Cells in Navigation.” Nature Neuroscience 18, no. 4 (April 2015): 493–95. https://doi.org/10.1038/nn.3970.

Livre 1: L'homme neuronal - Jean-Pierre Changeux

Livre 2: L'homme glial - Yves Agid & Pierre Magistretti


Vrai ou Faux: L’hémisphère gauche est dédié à la logique et le droit à la créativité.

1. Bendetowicz D, Urbanski M, Garcin B, Foulon C, Levy R, Bréchemier ML, Rosso C, Thiebaut de Schotten M, Volle E. Brain. "Two critical brain networks for generation and combination of remote associations". 2017 Nov 22.

2. “The Architecture of Functional Lateralisation and Its Relationship to Callosal Connectivity in the Human Brain | Nature Communications.” Accessed November 5, 2019. https://www.nature.com/articles/s41467-019-09344-1.


Vrai ou Faux: Nous ne produisons plus de neurones à partir de l’âge adulte.

1. Tobin, Matthew K., Kianna Musaraca, Ahmed Disouky, Aashutosh Shetti, Abdullah Bheri, William G. Honer, Namhee Kim, et al. “Human Hippocampal Neurogenesis Persists in Aged Adults and Alzheimer’s Disease Patients.” Cell Stem Cell 24, no. 6 (June 6, 2019): 974-982.e3. https://doi.org/10.1016/j.stem.2019.05.003.

2. Sorrells, Shawn F., Mercedes F. Paredes, Arantxa Cebrian-Silla, Kadellyn Sandoval, Dashi Qi, Kevin W. Kelley, David James, et al. “Human Hippocampal Neurogenesis Drops Sharply in Children to Undetectable Levels in Adults.” Nature 555, no. 7696 (March 2018): 377–81. https://doi.org/10.1038/nature25975.


Vrai ou Faux: Les jeux vidéos sont mauvais pour notre santé

1. C.S. Green et D. Bavelier, « Action video game modifies visual selective attention », Nature, n° 423, 29 mai 2003.


Vrai ou Faux: Le cerveau de la femme est en moyenne plus petit que celui de l’homme.

Pour en savoir plus: https://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Dossiers/DossierComplexe.aspx?doc=differences-cerveaux-feminins-et-masculins



185 vues0 commentaire